Pour bien démarrer l'été profitez de -10% sur tout notre site avec le code - REDUC10

Comment financer ses travaux de rénovation ?

Rénover un logement coûte facilement 30 000 euros. Dans ce cas, le crédit travaux peut convenir. Si le montant dépasse 75 000 euros, tournez-vous vers un prêt affecté comme le crédit immobilier. Mais d'autres solutions existent. Ainsi, financer ses travaux de rénovation sans alourdir vos charges est possible avec le nouveau prêt avance rénovation. Vous pouvez également bénéficier de subventions comme MaPrimeRénov'. Explorons huit pistes de financement qui vous évitent de puiser dans votre épargne.

1 — Le crédit travaux

Le crédit travaux est un prêt proposé par presque tous les établissements bancaires . Il s'agit en réalité d'un crédit à la consommation. Non affecté, il est versé directement sur votre compte. Le montant maximum est 75 000 euros . La durée du prêt peut atteindre 15 ans. Son taux annuel effectif global (TAEG) moyen varie de 3,80 à 6,90 % , selon les banques. Obtenir ce prêt travaux est facile à condition de rester sous la barre des 33 % d'endettement.

2 — Le prêt immobilier

Si vous lancez un chantier de rénovation globale de votre logement, la facture dépasse facilement 75 000 euros. Dans ce cas, tournez-vous vers le prêt immobilier travaux . Toutes les banques traditionnelles proposent ce type de crédit. En général, un montant minimum est fixé (de 40 à 50 000 euros). Il s'agit cette fois d'un prêt affecté . Pour débloquer les fonds, la banque exige des justificatifs. Avantage : les taux d'intérêt sont inférieurs à ceux des prêts travaux.

3 — Le prêt accession sociale

Ce prêt vise les propriétaires occupant leur logement au moins huit mois par an qui veulent réaliser des travaux de rénovation. Ce crédit est accordé sous conditions de ressources . En 2024, les taux d'intérêt fixes varient de 5,20 à 5,65 %. La durée d'emprunt peut atteindre 25 ans. Ce prêt finance deux types de travaux :

  • travaux d'agrandissement par extension ou surélévation ;
  • travaux d'économie d'énergie.

Le montant minimum des travaux est de 4 000 euros .

4 — Le prêt avance rénovation

Ce prêt hypothécaire est réservé aux revenus modestes et très modestes. Mis en place en 2022, il se rembourse à la revente du bien, en une fois . Il finance les travaux d'amélioration de la performance énergétique :

  • isolation du toit, des murs ou des portes ;
  • remplacement du système de chauffage ou de production d'eau chaude ;
  • travaux permettant d'atteindre un niveau minimum de performance énergétique ;
  • remplacement de fenêtres simple vitrage par du double vitrage.

À noter : la Banque Postale, le Crédit Agricole, le CIC et le Crédit Mutuel le proposent. Le montant est déterminé par l'établissement de crédit .

5 — L'écoprêt à taux zéro

L'écoprêt à taux zéro est destiné aux propriétaires occupants ou bailleurs sans condition de ressources . Son montant varie selon qu'il finance des travaux uniques ou des travaux de rénovation globale :

  • de 7 000 à 30 000 euros pour des travaux geste par geste ;
  • jusqu'à 50 000 euros en cas de rénovation thermique globale.

Avec les travaux geste par geste, vous pouvez changer vos fenêtres , isoler votre toiture ou vos murs par l'extérieur. La durée de l'écoprêt à taux zéro varie de 3 à 20 ans selon la nature des travaux engagés.

6 — Le prêt conventionné

Le prêt conventionné est une autre solution pour financer ses travaux de rénovation. Il s'applique à la résidence principale , quel que soit le statut de l'emprunteur (propriétaire ou locataire). Aucune condition de revenus n'est exigée. Son montant minimum est de 4 000 euros . Il peut financer l'intégralité des travaux. Sa durée de remboursement varie de 5 à 35 ans . Il sert au financement des opérations suivantes :

  • travaux d'amélioration d'un logement de plus de 10 ans ;
  • travaux d'amélioration de la performance énergétique globale ;
  • travaux d'agrandissement par extension ou surélévation.

Les taux d'intérêt sont fixes, variables ou modulables et sont plafonnés par l'État.

7 — MaPrimeRénov'

L'ANAH propose un double dispositif d'aide MaPrimeRénov' pour financer ses travaux de rénovation. La première est MaPrimeRénov' décarbonation . Le montant est forfaitaire et varie avec le type de travaux réalisés. Pour en bénéficier, vous devez réaliser des opérations précises, par exemple :

  • remplacement de fenêtres simple vitrage par du double vitrage ;
  • isolation des murs par l'extérieur ;
  • installation d'un poêle à granulés ;
  • installation d'une pompe à chaleur (PAC) air-eau.

La seconde prime est MaPrimeRénov' parcours accompagné. Les travaux doivent permettre de gagner au moins deux classes énergétiques . Le montant de la prime est proportionnel au résultat énergétique obtenu.

8 — Les primes des Certificats d'Économie d'Énergie (CEE)

Ces primes CEE portent également le nom de primes énergie ou primes coup de pouce. Pour en bénéficier, vous pouvez être propriétaire ou locataire. Versées sans condition de ressources par les fournisseurs d'énergie, leur montant varie avec les revenus déclarés. Par exemple, la prime Coup de pouce chauffage varie de 2 500 à 4 000 euros en cas d'installation d'une PAC air-eau. Une prime Coup de pouce rénovation performante d'une maison individuelle existe également.

Le changement de fenêtres génère jusqu'à 15 % d'économies. Pour les financer, vous pouvez bénéficier du prêt avance rénovation ou de l'écoprêt à taux zéro . Si vos revenus correspondent, n'hésitez pas à solliciter MaPrimeRénov décarbonation. Pour en savoir plus, consultez notre guide sur les aides au changement de fenêtres en 2024 .

Partager